Déshabiller nos solitudes de Rozenn Guilcher

Publié le par scoobydu41

Résumé :

Cette jeune femme qui ne peut cesser de dialoguer avec son bébé mort (Tu sais, un jour, j’ai eu deux cœurs)… Azura qui a perdu la moitié de son visage dans un attentat: elle vit depuis lors derrière un masque (Ce qui a été emporté ne reviendra pas)… Et puis la précarité affective de l’immigré toujours en marge des regards et des existences; l’incompréhension de l’aïeule qu’un fils aimé pousse vers la maison de retraite; l’attente et le désarroi de l’enfant dont la mère a quitté le foyer sans un mot… mais aussi, deux êtres qui entrevoient la plénitude amoureuse…
En lisière de conscience, là où les émotions naissent, le vacillement envoûtant de la voix de Rozenn Guilcher dénude mot à mot ces régions mentales si vulnérables où s’assemblent –ou bien se délitent– les liens qui nous unissent.
Se rejoignant autant par leur ton que par leurs thèmes, ces nouvelles impressionnistes rappellent combien nos vies sont incertaines et combien le «vivre ensemble» est à la fois prodigieux et fragile

 

Un livre qui parle de sujets de sociétés tels que l'abandon, la souffrance, la solitude... Des témoignages poignants, bouleversants sur des personnes différentes qui ne laissent pas insensibles. Ces derniers sont présentés sous formes de nouvelles.

Ce livre se lit d'une façon très agréable. J'ai eu l'impression de lire de la poésie ce qui peut être contradictoire avec les thèmes abordés qui sont parfois tristes, douloureux. La façon de raconter les choses douloureuses, tristes se lisent de la même façon que les choses plus joyeuses. Les titres eux-mêmes sont poétiques.

L'auteure se met à la place du personnage pour raconter l'histoire. Elle utilise souvent le "Je" et à chaque fois cela représente une personne différente.

Beaucoup d'émotions ressortent de cette lecture.

J'ai appréciée de lire ce livre et je le recommande!

 

 

 

 

 

Publié dans lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article